Oser l’inconnu pour atteindre le succès avec Stéphanie Bédard

École du succès #28 avec STÉPHANIE BÉDARD

Résumé de l’article

Cette semaine à l’école du succès, je rencontre Stéphanie Bédard, chanteuse et entrepreneure. La chanson a toujours fait partie de la vie de Stéphanie, à l’âge de 17 ans, elle chantait déjà professionnellement. En 2005, elle décide de participer à Star Académie, pour accompagner une amie qui souhaitait y participer. Elle gagnait déjà sa vie avec la chanson alors elle ne voyait pas l’intérêt de participer, cependant la vie a faite que Stéphanie s’est retrouvée parmi le groupe d’académiciens finalistes, ce qui a propulsé sa carrière au niveau du vedettariat. À travers nos échanges, nous avons parlé de sa carrière de chanteuse mais aussi du côté entrepreneurial relié à une carrière artistique.

Victime de l’immense succès de Star Académie, Stéphanie s’est retrouvée avec un syndrôme de l’imposteur très présent. Elle raconte être venue à la conclusion que le succès de la tournée était lié à toute la troupe de Star Académie, que n’importe quelle chanteuse ou chanteur aurait pu être à sa place en ce moment. Elle avait perdu tous ses repères. C’est alors qu’elle s’est mise à la recherche d’un nouveau projet, car sa plus grande crainte était que Star Académie soit le sommet de sa carrière et que les gens ne se rappellent d’elle que pour sa participation. Elle souhaitait faire sa marque autrement. C’est alors qu’elle a participé à une revue musicale sur la carrière de Joe Dassin. Elle ne voulait pas être oubliée.

Elle m’a parlé du côté éphémère de la carrière artistique. “On peut faire le même métier pendant 20 ans et tout d’un coup, il s’agit d’une émission de télé ou autre chose et il y a un buzz., on refait surface et on redevient populaire.” Selon elle, ce n’est pas parce qu’un artiste est moins vu, qu’il est moins bon, c’est souvent une question de timing. Pendant ces années où elle a été moins présente dans les médias, elle continuait de travailler, de chanter et d’évoluer comme artiste.

En 2012, elle a participé à l’émission The Voice France, quelqu’un dans son réseau lui avait proposé de participer. Contrairement à l’expérience Star Académie, elle a voulu tenter sa chance, car l’émission lui permettait de mettre un pied dans un territoire qu’elle ne connaissait pas. Un milieu dans lequel elle pourrait casser l’image de la petite chanteuse sensible qui collait à elle depuis Star Académie. Suite à son passage à The Voice, elle a passé des auditions pour le rôle de Marianne dans la comédie musicale Robin des Bois et elle a été choisie parmi des milliers de personnes pour le rôle. Une expérience qu’elle a adoré mais qui a été difficile parce que le milieu français est très hiérarchique. Pour elle qui était habituée de travailler en équipe, elle a dû modifier sa façon de faire.

En 2015, elle a sorti un premier album Minuit Debout, et quelques mois plus tard, elle a cessé son contrat avec la compagnie qui la représentait. Pour se sortir de cette impasse, son premier réflexe a été de s’allier avec des gens. Elle a été chercher quelqu’un pour booker ses spectacles, ensuite elle a commencé à produire ses propres spectacles. Elle a dû tout apprendre à ce sujet, elle a d’ailleurs été se former pour comprendre comment produire un album. Avant cette période elle s’était toujours considérée comme une bonne gestionnaire. Cependant, elle n’avait pas pensé à aller de l’avant, à développer. Elle se contentait de faire ce qu’il y a avait à faire. Perfectionniste et exigeante envers elle-même, il faut toujours que les choses soient bien faites. La fin de cette association avec cette compagnie a été le début de son parcours entrepreneurial. Maintenant, elle touche à tout et trouve ça vraiment intéressant.

Stéphanie trouve important d’éduquer les gens sur tout le travail derrière la chanson. Elle le dit elle-même, elle passe le plus clair de son temps derrière un ordinateur à planifier et gérer, plutôt que chanter. Mais ce travail n’est pas un fardeau pour elle, avec les années, elle s’est découvert une passion pour la stratégie et la planification. Elle s’est même demandé si elle ne devait pas arrêter de chanter pour se consacrer pleinement à la production. Cependant, elle dit avoir trop de choses à dire, elle a encore besoin de chanter.

Le plus difficile dans son apprentissage comme entrepreneur a été d’apprendre à gérer son temps. Comme elle est très perfectionniste, elle trouve trouve toujours qu’elle n’est pas assez efficace avec le temps qui lui est alloué. Son nouvel emploi du temps, comme productrice l’aide à lâcher prise à ce sujet. Elle doit toutefois porter attention à ne pas vouloir trop en faire. Dans le cas des réseaux sociaux par exemple, c’est elle-même qui gère ses plateformes. Elle s’est créé un calendrier de publication et prend le temps de répondre à tous ceux qui la contactent. Une tâche qu’elle aime beaucoup, car elle aime garder le contact avec le public qui la suite. Elle aime d’ailleurs aussi beaucoup les réseaux sociaux pour la flexibilité qu’ils apportent au niveau du contact avec son public cible. Auparavant, on devait annoncer spectacles et albums par les médias traditionnels avec des budgets de publicité très élevés sans savoir si on arriverait à rejoindre notre public cible. Avec internet, on peut maintenant utiliser le ciblage pour rejoindre les bonnes personnes qui seront intéressées à acheter l’album ou à voir le spectacle. Il s’agit d’un très gros avantage pour un artiste qui gère lui-même sa carrière.

Lorsque je lui ai demandé ce dont elle était le plus fière dans son parcours artistique, elle m’a répondu être fière de son parcours en entier. Elle a appris en navigant parmi les hauts et les bas. C’est ce qui a fait d’elle la personne qu’elle est aujourd’hui et elle est fière d’elle.

Elle prépare actuellement le lancement d’un nouvel album EP et son souhait pour cet album serait que les médias soient au rendez-vous pour la sortie de celui-ci. Son défi est donc d’aller les chercher pour enchaîner tout le reste. À ce moment-ci, elle n’est particulièrement inquiète pour la suite des choses. Bien sur, elle espère obtenir du succès avec ce nouvel album mais elle reste confiante en disant qu’elle a tout donné ce qu’elle pouvait et que la suite des choses est dans les mains du public. À eux de décider s’ils aiment ou pas. Elle croit beaucoup à l’intuition et aux choses qui arrivent, au bon timing, ce qui l’aide à rester optimiste face au futur.

Stéphanie est un bel exemple d’une personne persévérante qui prend des risques et qui essaie de nouvelles choses. Sans essai, on ne peut pas atteindre de nouveaux sommets que ce soit au niveau artistique ou entrepreneurial. J’espère que cette entrevue vous aura inspirée sur l’importance du parcours dans la réalisation de ses projets.

Avez-vous aimé cet article? Laissez moi un commentaire

Start typing and press Enter to search